Petit coup de gueule : Marc Jacobs est un sale type

Paris en automne de l’an 2000quelquechose, au musée des Arts Décoratifs, une amie et moi nous nous sommes faites belles pour mieux apprécier l’expo « Louis Vuitton – Marc Jacob ». Elle arbore son beau sac Louis Vuitton et moi ma veste Comme Des Garçons dont je n’ai pas fini d’amortir le prix…et dans notre empressement qui frise le ridicule, au moins nous ne sommes pas seules :

Il y a là des parisiennes avec leur airs de regarder tout le monde de haut et de travers derrière leurs jolies franges acajou de parisiennes. Il y a deux japonaises, stylées jusqu’au bout des ongles, l’air sorti tout droit de Dover Street Market, dans leur basket suédoises qui me rendent verte de jalousie. Et il y a bien sur des « gulfies » comme disent mes potes bahreïnis. Celles la sont koweitienne : maquillage chaleureux, l’air épanoui et les bras chargés de sacs : ChanelBalenciagaLouboutin presque en un seul mot tellement il y en a!

Toutes ensembles, d’une chambre a l’autre, nous suivons le parcours d’une rétrospective qui commence avec les débuts de layetier-emballeur-malletier de Louis et ses ingénieuses malles de voyage, source de mes plus beaux fantasmes: Chacune est un bonheur entier, avec un petit secret parfois. Elles se transforment, racontent milles et une histoires et je me laisse emporter dans le fantasme d’un long voyage en bateau vers les Amériques. Je me réconcilie avec le marron monogrammé qui m’horripile dans ses incarnations les plus récentes. Je m’extasie devant les trésors d’ingéniosité déployés pour créer ces merveilles. Bref, ces malles sont mon histoire d’amour la plus durable mais doucement, le show se gate. Plus on avance dans le temps, plus mon sourire se crispe, les belles malles disparaissent, les robes majestueuses se font rares, Marc Jacobs s’approprie LV et m’énerve. Fini les valises aux secrets amusants:

Il imprime des blagues à la con sur des Joke Bags…« My wife went to the beauty shop and got a mud pack. For two days she looked beautiful. Then the mud fell off.” Il parait que c’est un “social statement”. Il fait défiler Kate Moss avec une cigarette un jour national de lutte anti-tabac. Ca s’appelle un « fashion statement » ! Les mannequins ont des masques d’oiseaux, et rampent à quatre pattes !

Autour de moi, les parisiennes, les japonaises, les gulfies et toutes les autres, elle adooorrent.

Elles ont des orgasmes secs dans les yeux pour chaussures qui déforment les os. Elles rêvent de disparaître dans une taille zéro. Elles se pâment pour des designs qui les détestent. Ca sent mauvais tout ca, ca sent le zyclone B.

Trop dramatique ? Pourtant ce n’est rien de moins que des femmes qui disparaissent. Doucement, méthodiquement, avec le sourire elles payent une fortune pour se faire avoir. Trop souvent la mode, c’est juste un sale type.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s